L’histoire de l’Argentine témoin d’un brassage culturel

la culture argentine
Les origines de la culture argentine
février 26, 2015
La météo en Patagonie
La météo en Patagonie
février 26, 2015
brassage culturel

L’Argentine est une grande nation qui a connu des bouleversements politiques et sociaux considérables durant son histoire. De la colonisation des espagnols à l’indépendance, de la conquête des terres indiennes à la crise économique et de la dictature à la démocratie, ce pays a vécu des hauts et des bas et a survécu à plusieurs évènements qui ont enrichi la culture et qui ont tracé l’histoire de l’Argentine.

 Aperçu sur l’histoire de l’Argentine

Au XVIe siècle, les espagnols ont découvert et colonisé l’Argentine. Les premières villes fondées sont celles dans le Nord-Est et sur le littoral comme Buenos Aires bâti entre 1536 et 1580. Entre 1805 et 1816, l’affaiblissement du pouvoir en Espagne à cause de l’invasion française et l’occupation anglaise de Buenos Aires a mené à l’indépendance de l’argentine. De 1819 à 1829, il y a eu une confrontation entre les unitaires partisans d’un État centralisé à la capitale argentine et les fédéralistes. Elle s’est terminée par l’instauration d’un régime autoritaire par Juan Manuel de Rosas. Par la suite l’Argentine était divisée entre Buenos Aires et la confédération rassemblant les autres provinces. Ce n’est qu’en 1880 que le pays s’est unifié et Buenos Aires devient une capitale fédérale. Julio A. Roca était le président de la république conservatrice entre 1880 et 1890. Progressivement, le régime se démocratise de 1890 à 1912 sous la pression du l’Union civique radicale. 1930-1943 est appelée la « décennie infâme ». En effet, l’Argentine a vécu de grands bouleversements économiques et sociaux sous les gouvernements militaires inaugurés par celui d’Uriburu.

La population argentine : un tissu du monde entier

A l’arrivée des espagnols au continent américain en 1492, le centre et le Nord-Ouest de l’Argentine étaient dominés par des états embryonnaires appartenant à la civilisation andine et ayant une culture agro-pastorale. La région de Gran de la Mésopotamie était occupée par des groupes comme les Wichis et les Tobas qui n’étaient jamais soumis par l’empire espagnol. La plaine pampéenne et la Patagonie avec les Ranquels, les Mapuches et les Tehuelches n’étaient pas non plus soumis par les espagnols mais il y avait un métissage qui a donné naissance aux Gaúchos, métis d’Espagnols et d’Indiens. En 1810 la population argentine était composée d’amérindiens, d’afroaméricains et de métis de ces deux origines avec des Espagnols. Entre 1852 et 1920, L’Argentine était en plein développement économique et le taux d’immigration des français était élevé. Entre 1850 et 1950, il y a eu la grande vague d’immigration surtout des espagnols et des italiens fuyant le fascisme. Mais il faut noter que les propriétaires argentins ont pris les immigrants pour main d’œuvre bon marché dans les exploitations et les industries agro-alimentaires, d’où la formation d’une nouvelle classe ouvrière qui a créé le tango à Buenos Aires.

Économie de l’argentine : La crise économique de 2001

En mai 1999, Fernando De la Rúa a remporté les élections présidentielles. Mais la situation économique et sociale se dégrade sérieusement et l’Argentine était affectée par la crise financière mondiale et surtout par celle de son voisin et son premier partenaire commercial au sein du Mercosur : Le Brésil. En janvier 2001 la situation s’est aggravée : Un nombre de ministres ont démissionné suite au refus des députés le plan d’austérité présenté par le gouvernement. Pire encore dans la même année, l’épizootie de fièvre aphteuse a touché le cinquième pays exportateur mondial de viande ce qui a fragilisé d’avantage l’économie de l’argentine. La succession des perturbations politiques a causé le mécontentement de la population qui s’est exprimé violemment dans la rue en même temps que cinq présidents se sont succédé à la tête de l’État en quelques jours ! En janvier 2002 Eduardo Duhalde, nouveau président de la république a mis fin à la parité perso-dollar. En savoir plus sur ce site.